Dossier spécial: Egalité filles garcons

Débat 1ere ES/ 1ere S Sexe et genre

 2016 03 17 13 04 52

2016 03 17 13 45 31    2016 03 17 13 46 21
 

Déroulement : 
Le débat s'est bien déroulé sous le regard bienveillant de M Bonin et de Madame Decriem. Une majorité de ES étaient particulièrement investis, voire très investis pour ne pas dire un peu trop investis! (c'est la première fois que je les vois aller chercher en classe des statistiques sur le site de l'Insee pour formuler des objections à leur camarade ) Deux élèves de S, Victoria et Samantha ont particulièrement bien joué le jeu d'une argumentation rationnelle en essayant toujours de faire avancer correctement le débat.

Nous n'avons eu le temps de faire seulement deux des trois questions, mais nous avons préféré laisser le débat continuer sur la question Filles/garçons beaucoup d'aspects sociaux, culturels et politiques ont été abordés.

Une très bonne expérience à renouveler. 

Le sport, un espace égalitaire ? Et si tous les garçons faisaient de la danse et les filles du foot ?

Les garçons aiment le bleu, le foot, la bagarre, les sciences, les superhéros… Les filles aiment le rose, la danse, les poupées, la littérature, les princesses… Chacun d’entre nous a rencontré à un moment ou un autre ces clichés. Ils  inscrivent les enfants dès le plus jeune âge dans la catégorie “fille” ou “garçon”: c’est le processus de la socialisation différenciée. La même chose se produit dans le domaine du sport. “Tu es une fille” est synonyme de “Tu aimes la danse”; “tu es un garçon” signifie “tu aimes le foot”. Mais la complexité du comportement humain peut-il seulement se résumer à ces stéréotypes infligés sur nous par la Société? Les femmes ont une place majeure aujourd'hui au niveau sportif. Mais leur importance est souvent négligée. Combien d'athlètes femmes de haut niveau pouvez-vous citer? Une, deux peut être…Nous tenterons de comprendre grâce à une étude réalisée auprès des élèves de notre établissement quelle est la place qu’occupe la femme au niveau sportif et pourquoi l’importance des femmes dans le domaine du sport est si souvent délaissé.


 

            Nous avons interrogé 90 élèves de notre établissement. Les questions étaient simples: on leur donnait le nom d’un ou d’une athlète de haut niveau (là où le meilleur dans un sport) et ils indiquaient si oui ou non ils le ou la connaissaient. Nous avons rapidement pu valider notre hypothèse car en effet, 71% des élèves interrogés ne connaissaient pas les athlètes féminines. Nous leur avons aussi demandé quel(s) sport(s) ils pratiquaient et nous avons remarqué que 100% des personnes ayant répondu “la danse” ou “la gymnastique” étaient des filles. De la même manière, 78% des personnes ayant répondu “le foot” étaient des garçons.  Pas un seul garçon interrogé n’était un danseur! On peut aussi remarquer que les filles avaient plus tendance à pratiquer des sports normalement considérés comme “masculins”.

Vous allez sûrement vous demandez pour quelle raison les athlètes du sexe féminin sont moins connues que ceux du sexe masculin. La réponse est très simple : nous vivons dans une société, où les gens sont fortement influencés par de nombreux stéréotypes : l'homme est plus musclé, plus fort que la femme. Nous remarquons d'autant plus que le domaine du sport est considéré comme étant dominé par des valeurs "masculines". Les hommes ont plus tendance à pratiquer des sports violents comme le rugby ou bien le foot tandis que les filles vont plutôt s'inscrire dans la danse ou encore la gymnastique.

Screen Shot 2015-03-29 at 9.42.23 PM.png


 

Comment en finir avec ces inégalités ?

 

Les inégalités et discriminations ont donc souvent partie liées. Le traitement est une question d'égalité, voire de considération. Le sport est un domaine où peuvent naître des inégalités entre hommes et femmes et des discriminations se basant sur des stéréotypes et des préjugés. Toutefois, le paradoxe est que le sport peut aussi apporter une contribution positive à la société́ : il favorise le respect mutuel, la tolérance et la compréhension, en réunissant des hommes et des femmes, quels que soient leur âge, leur origine ethnique, leur religion et leur condition sociale.

 

Bien encadrées, les activités sportives peuvent ainsi être un moyen de lutter contre les discriminations, les préjugés et les stéréotypes. Par exemple, notre école a cette année décidé de mettre en place un club de foot féminin afin de permettre à tous de pratiquer le sport qu’ils désirent. Le chemin est sans doute encore long, mais à chacun d’y poser sa pierre.

Chiara Seidlitz

Clara Poupault   Classe de 1ere ES   2015

Rose ou bleu : tout est joué d’avance ???

Je pense que ce n’est  pas juste que les femmes doivent mettre du rose. Ou que quand les parents vont avoir une fille, ils commencent à décorer la chambre avec un décor doux et papillons et des fleurs. Les parents pensent que leurs filles seront  très « princesses », mais des fois ce n’est pas vrai. Beaucoup de garçons  pensent que les femmes sont censées avoir “ des emplois propres” comme secrétaires, enseignants et bibliothécaires. Les filles sont des infirmières mais pas des docteurs. Mais la pire de tout ça, c’est que les femmes gagnent souvent moins d'argent que les garçons pour un même travail.

Pour les garçons ils doivent mettre du bleu. Le placard d’un garçon se résume à des jeans et des polos. Les jouets de garçons sont des camions, et de jeux vidéos. On dit aux garçons qu’ils doivent être forts, et  se défendre. Les garçons ne sont pas des infirmiers mais des docteurs. Les hommes doivent aimer travailler sur des voitures, la  technologie, et faire des sports. Mais c’est tout aussi dommage. Heureusement, il existe des garçons avec de la sensibilité, des dons artistiques

Depuis l’antiquité, L’homme a été considéré supérieur à la femme. Les femmes ne pouvaient pas avoir les mêmes métiers que les hommes et les femmes avaient un salaire plus bas que les hommes. Les hommes avaient plus de droits que les femmes et les femmes n’étaient pas éduquées de la même manière. Elles ont plutôt étaient éduquées pour faire les travaux à la maison comme cuisiner, laver, prendre soin des enfants… Ce problème n’a pas disparu.

 Aujourd’hui, dans plusieurs pays au monde, les femmes sont discriminées et n’ont pas des droits communs avec les hommes. Parfois, les femmes sont mariées très jeunes avec quelqu’un majeur et ont des enfants à l’âge de 10-13 ans. Il y a une citation anonyme sexiste, “Éduquer votre fille est comme arroser le jardin de votre voisin,” qui dit que éduquer ta fille est inutile et que c’est un gaspillage.

Ceci est un exemple de discrimination contre les femmes. La jeune Malala essaye de se battre contre ces stéréotypes sexistes pour amener de la justice et l’égalité entre les hommes et les femmes dans tout le monde entier. Ceci est très brave.

Lucas Dovarganes

Margaret Papaian  Classe de 6ème C   2015

 

Filles et garçons : chacun son camp

Il y a beaucoup de stéréotypes qui sont injustes. Les métiers et les professions font partie de ces stéréotypes. Il est attendu que les femmes deviennent des maîtresses d’école, des infirmières, des danseuses ou bien des mamans qui reste à la maison. Il est attendu que les hommes deviennent des pompiers, des scientifiques, des policiers, des docteurs, des athlètes… c’est-à-dire des métiers plus difficiles, où la force est requise.

Dans le monde, il existe beaucoup de stéréotypes filles garçons par exemple les filles sont supposées avoir de poupées et aime le rose et les garçons des petites voitures et le bleu. Pourquoi est-ce que les garçons ne peuvent pas jouer avec des poupées et aime le rose et les filles des voitures et le bleu sans être regarde bizarrement?

Dans beaucoup de magasin de jouets, il y a des panneaux indiquant le coin pour les filles et les garçons. Mais, on peut voir la partie des filles en rose et les garçons en bleu. Les jeux des garçons sont souvent à construire. Les rayons pour les garçons sont souvent plus grands que ceux des filles.. Maintenant il y a deux sortes de lego: ceux pour les filles et pour les garçons. Dans les publicités pour les jouets, on voit que des filles en train de jouer à être cuisinière ou faire du ménage. Alors qu’autrefois on pouvait voir des garçons aussi en train de cuisiner ou de faire le ménage. Les publicités pour les garçons sont surtout pour des voitures, des lego, des jeux de construction etc… Donc, dès l’enfance,  on entraine les enfants garçons à être des constructeurs, des inventeurs et les filles à faire de tâches ménagères.

                C’est vrai qu’il y a beaucoup de femmes qui sont des maîtresses d’école, des infirmières, des danseuses et des mamans, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y  a pas de femmes qui veulent être des pompiers, des footballeurs, des scientifiques, des policières. En tant qu’être humain, on devrait pouvoir avoir le droit de pratiquer le métier que l’on choisit.

                C’est différent pour les hommes. Il y a beaucoup d’hommes qui sont des danseurs, des infirmiers,  des professeurs, et le regard sur eux est différent.  On exerce moins de pressions sur les différents métiers et on évolue vers la tolérance envers les garçons plus sensibles ou féminins.

Les esprits changent, mais il reste difficile aujourd’hui de ne pas être choqué par des retours en arrière ou on empêche les filles d’aller à l’école ou on les coince dans des tâches ménagères. C’est à tout le monde d’en prendre conscience et d’essayer de changer les choses.

 

Tess Paul Boncourt

Isabel Simons

Alicia Narajo    Classe de 6eme A   2015

×