Filles et garçons : chacun son camp

Il y a beaucoup de stéréotypes qui sont injustes. Les métiers et les professions font partie de ces stéréotypes. Il est attendu que les femmes deviennent des maîtresses d’école, des infirmières, des danseuses ou bien des mamans qui reste à la maison. Il est attendu que les hommes deviennent des pompiers, des scientifiques, des policiers, des docteurs, des athlètes… c’est-à-dire des métiers plus difficiles, où la force est requise.

Dans le monde, il existe beaucoup de stéréotypes filles garçons par exemple les filles sont supposées avoir de poupées et aime le rose et les garçons des petites voitures et le bleu. Pourquoi est-ce que les garçons ne peuvent pas jouer avec des poupées et aime le rose et les filles des voitures et le bleu sans être regarde bizarrement?

Dans beaucoup de magasin de jouets, il y a des panneaux indiquant le coin pour les filles et les garçons. Mais, on peut voir la partie des filles en rose et les garçons en bleu. Les jeux des garçons sont souvent à construire. Les rayons pour les garçons sont souvent plus grands que ceux des filles.. Maintenant il y a deux sortes de lego: ceux pour les filles et pour les garçons. Dans les publicités pour les jouets, on voit que des filles en train de jouer à être cuisinière ou faire du ménage. Alors qu’autrefois on pouvait voir des garçons aussi en train de cuisiner ou de faire le ménage. Les publicités pour les garçons sont surtout pour des voitures, des lego, des jeux de construction etc… Donc, dès l’enfance,  on entraine les enfants garçons à être des constructeurs, des inventeurs et les filles à faire de tâches ménagères.

                C’est vrai qu’il y a beaucoup de femmes qui sont des maîtresses d’école, des infirmières, des danseuses et des mamans, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y  a pas de femmes qui veulent être des pompiers, des footballeurs, des scientifiques, des policières. En tant qu’être humain, on devrait pouvoir avoir le droit de pratiquer le métier que l’on choisit.

                C’est différent pour les hommes. Il y a beaucoup d’hommes qui sont des danseurs, des infirmiers,  des professeurs, et le regard sur eux est différent.  On exerce moins de pressions sur les différents métiers et on évolue vers la tolérance envers les garçons plus sensibles ou féminins.

Les esprits changent, mais il reste difficile aujourd’hui de ne pas être choqué par des retours en arrière ou on empêche les filles d’aller à l’école ou on les coince dans des tâches ménagères. C’est à tout le monde d’en prendre conscience et d’essayer de changer les choses.

 

Tess Paul Boncourt

Isabel Simons

Alicia Narajo    Classe de 6eme A   2015

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×